Le garçon perdu de Thomas Wolf

par Renaud Buenerd



On ne peut pas discerner la part de réalité propre, la part d’autobiographie qui sous-tend le travail de Clara Citron et ce n’est pas souhaitable car le propos n’est pas ici. On se fourvoierait en lisant ses gravures et ses dessins comme le journal intime d’une jeune femme talentueuse. L’intimité qui est convoquée là est multiple et universelle. Certes le fil narratif et le rapport au texte sont au cœur du travail de Clara Citron qui réinvente une forme d’écriture hybride, mêlant les mots aux signes. Mais si la personnalité de l’auteur est présente dans ce qu’écrit le dessin, son questionnement est pluriel et convoque tour à tour, la féminité, la sexualité, les bizarreries ou les frénésies de notre univers contemporain, l’enfance et les mutations dues aux passages entre ces différents états. Née en 1989, Clara Citron vit et travaille à Paris.